Goffi non-hebdo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - ancien site

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 20 août 2008

Raison

C'est toi qui a raison, évidemment. Écrire, c'est que je me refuse à faire depuis maintenant trop longtemps, de peur de me trahir, d'être impuissant.
J'ai pourtant la chance de savoir précisément ce que je veux, d'en avoir la force et les moyens, et pourtant... Pourtant je vis dans l'expectative, pourtant je me laisse porter par l'espoir... Cliquer à l'infini en attendant LE mail qui changera tout, attendre le coup de fil, les mots ou la personne qui feront la différence... Vouloir changer et se laisser berner par la mélancolie... N'éprouver de passion que pour l'inaccessible, s'entourer soi-même de murs transparents... Ce n'est finalement pas éloigné de la dévotion.

J'éprouve les plus grandes difficultés du monde à finir une journée, je ne peux me coucher sans cet envahissant sentiment d'insatisfaction, d'oeuvre inachevée. Mes ambitions sont grandes, mes actions avortées.

Être un engrenage dans une machine que je n'ai pas construite ni même désiré, voilà ce que je ne veux pas. Reste à savoir ce que je veux...
Je sais ce qui me fait vibrer: rencontrer des gens, discuter, découvrir, voyager, lire, interpréter, voir, écouter, penser, éprouver. Je sais ce qui me fait rêver: la passion, le désir, changer le monde, laisser une trace, faire ma Révolution, faire notre Révolution. Je sais ce qui me fait peur: le Temps, l'habitude, rater le moment précis qui fait tout basculer.

Mais surtout, je sais que, tant que je ne me laisse pas écraser par le nombre, je suis moi aussi une puissance. J'ai pour moi la force et la volonté d'arriver à mes fins, et même au-delà. J'ai la prétention de savoir pouvoir encore briser mes chaînes, et je le ferai avec un plaisir non dissimulé.
Tout me mène à cette conclusion: je dois voyager et découvrir, et me tenir le plus éloigné possible de tout ce qui me ramène à un quelconque destin. Je dois me construire et me choisir moi même.

Voilà exactement ce que je veux, par dessus tout, chaque partie de mon corps le hurle, c'est ancré au plus profond de moi:
ce que je veux, c'est vivre LIBRE.

samedi 9 août 2008

Un petit script de transcodage

Un petit post pour dire que j'ai retrouvé un script que j'avais écrit il y a deux ans pour transcoder une vidéo utilisant un codec non lisible par VLC dans un fichier mkv. Vous pouvez le télécharger à ce lien: http://www.goffi.org/public/telecha.... Ca peut toujours servir...

Au passage j'ai retrouvé d'autres projets entamés mais non fini, dont je m'occuperai peut être à moyen terme. Pour le moment j'ai un projet qui me tient à coeur depuis un moment que je me suis décidé à commencer, j'en parlerai plus précisément si je ne l'abandonne pas avant qu'il soit utilisable :). Je suis désolé pour ceux qui utilisaient le driver SP2500, l'API du kernel change en permanence et je n'ai pas le temps ni le goût de le maintenir. Si un jour je n'ai que ça à faire je le recoderai en userspace, mais je ne promets rien et de toute manière ça ne sera pas de sitôt.

jeudi 24 avril 2008

La chourmo !

Juste un mot pour dire merci à Massilia pour avoir fait monté l'aïoli et m'avoir donné un putain de sourire en sortant du Moulin...

Marseille était décidément un passage obligatoire de ma vie

lundi 4 février 2008

Merci à Jean Bart, à Dunkerque et aux couch surfeurs !

Magique, fantastique, irréel, je ne sais trop comment qualifier ce week-end.
En fait il y a trop de choses... De sensations... Comment dire ? Une âme d'enfant retrouvée, des gens vivant, chantant, dansant, heureux, tout simplement heureux... J'avais perdu l'espoir de voir une fête si sincère, je croyais avoir perdu mes illusions avec l'âge, qu'il n'y avait plus de Carnaval que de tristes défilés payants et sans âme; mais ça ! Imaginez toute une ville vibrer, imaginez tant de coeurs battre, des générations main dans la main, sans distinction de couleur ou de niveau social, une foule immense nous rappelant enfin à quoi ça sert, la vie.
En fait non, ça ne se raconte pas. Rappelez vous juste votre plus beau rêve d'enfant, et vous comprendrez...

Ah oui, ça, il fait froid dans le Nord ! Mais il y a une telle chaleur humaine que le soleil brille comme nulle part.

J'ai braillé qu'une fois, c'était en repartant !

Carnaval de Dunkerque 2008

PS: merci à Antoine pour la photo :)

vendredi 11 janvier 2008

Un soir de plus

j'aime ça
j'aime avoir mes sens en éveil
j'aime tout sentir bouger autour de moi
j'aime sentir ma libido en ébullition
j'aime entendre mes paroles prolonger ma pensée, presque sans tabou
j'aime ce côté interdit
j'aime ce que tout le monde y cherche: le sexe
j'aime à penser que les grands de ce monde y ont cherché le nirvana
j'aime à le déguster, à penser à mon père, mes ancêtres en faisant autant
j'aime sentir le monde
j'aime sentir le monde couler, caresser mon palais, pénétrer ma gorge, s'introduire dans mon sang, faire jouir mon esprit
j'aime perdre en partie le contrôle
j'aime ça
j'aime ça

samedi 15 décembre 2007

...

Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic, Tac, Tic.

dimanche 2 décembre 2007

Des réponses ?

Récemment quelqu'un m'a dit "Je ne sais pas toi, mais moi en ce moment tout va bien, quand je me lève la matin je me dis que j'ai de la chance".
Ben je ne sais pas vous, mais moi j'ai presque envie de dire la même chose. Pour ainsi dire, j'ai même l'impression de commencer à trouver des réponses, qu'il me manque plus que le petit déclic qui va bien. Et ce déclic, il n'est pas très loin.
Je ne sais pas vous, mais moi en ce moment je me pose des questions, quand je me lève la matin je me dis qu'il manque un truc. Et ce truc je commence à le cerner.
Tiens, j'ai eu le plaisir de me retrouver à une soirée très sympa hier, avec des personnes comme on aimerait en voir plus souvent, et à me retrouver à danser sur des vieux tubes rock... Ben sur le coup j'ai eu du mal à m'y mettre, chose qui m'arrive depuis un moment, parce que j'ai perdu quelque chose par rapport à mes années fac; et je crois que cette chose est très liée aux amis que j'avais à cette époque: des gens extraordinaires, avec qui la vie est simple et belle. Hier, j'ai retrouvé un peu de cette façon de vivre grâce aux personnes avec qui j'étais, et ça fait du bien, vraiment du bien. Enfin ceci ne parle finalement qu'à moi, mais ça fait du bien de l'écrire.
Une chose que j'aime beaucoup, c'est parler avec les gens. Grâce à une amie, j'ai découvert un café philo excellent près du Vieux Port, un endroit vraiment rafraîchissant où j'ai bien l'intention de retourner régulièrement. Ça fait du bien.
Récemment, j'ai discuté avec des amis, et ma famille, à propos de toutes ces choses qui passent dans ma tête, et ça donne le sourire de pouvoir faire ça, j'ai de la chance d'avoir ces gens dans ma vie. Ça fait du bien.
Je ne sais pas vous, mais moi en ce moment tout va bien, quand je me lève le matin, je me dis que j'ai de la chance...

mercredi 28 novembre 2007

Et si ?

Vous ne vous êtes jamais demandé ce qui se serait passé si... ? Si bien sûr, comme tout le monde. C'est exactement ce que je me dis en permanence, surtout récemment. Pour tout vous dire, je suis dans la vie active depuis près d'un an, le fameux métro-boulot-dodo que je redoutais tant; et bien c'est exactement comme je l'imaginais, et y'a pas, ce n'est pas pour moi. C'est fou comme tout est fait pour se faire bouffer par la Machine, tout tout tout. On n'arrête pas de se dire que ça ira mieux dans peu de temps, on y croit même des fois... Merde ça fait plus d'un an que j'ai pas mis ce site à jour... Et puis on voit des choses, on fait des rencontres. Des étrangers qui parcourent l'Europe en stop avec un sac à dos, des galeries sous terre, des artistes, des militants, des êtres vivants. Putain que ça me manquait, des êtres vivants. Mon plus grand plaisir est de tomber amoureux des gens, et j'en ai l'occasion actuellement, vraiment. Quand je vois tout ce monde à qui il manque quelque chose (souvent quelqu'un) je me dis qu'on peut avancer. Je passe ma vie à attendre le bon moment, clairement, c'est ça mon problème. Quand j'y pense, à trop attendre le bon moment, je le laisse filer entre mes mains (mes lèvres ?) quand il se présente. Et là j'attends quoi ? On attend tous quoi ? Et en plus je sais parfaitement ce que je veux ! Écouter de la musique, voilà ce que je veux. Je veux coucher avec la belle Étoile. Je veux commencer ma jeunesse, maintenant, tout de suite, enfin ! Ça fait longtemps que je m'y prépare, il est temps de prendre les choses en main.

Faites cette petite expérience:

Fermez la porte
éteignez votre téléphone, mettez un peu d'encens, éteignez les lumières, choisissez une musique qui vous prend vraiment au tripes.
Pensez à votre enfance, votre avenir, et fermez les yeux... Ne pensez plus à rien... Laissez vous fuir... Laissez fuir la musique...
Ouvrez les yeux ! Vous pensiez à quoi ? à qui ?
Vous l'avez senti ?

Moi aussi !

Allumez la lumière
Ouvrez la porte

jeudi 14 septembre 2006

Pilote Linux pour le joypad Saitek P2500

For english readers, you can directly download the Saitek P2500 Linux driver here.

J'ai profité de l'été pour faire un petit pilote pour le joypad Saitek P2500, qui n'était pas entièrement géré par le noyau. Ce pilote ajoute la gestion du bouton pour switcher entre le stick analogique et le stick numérique, ainsi que la gestion des vibrations.

Voilà, je vais maintenant pouvoir me mettre à plein temps sur Tales & Legends.

PS: J'ai récemment eu des attaques de SPAM, qui m'ont forcé à désactiver les commentaires pendant un moment. Pour le moment je fais un filtrage ultra basique qui a l'air de fonctionner, mais si des bots plus perfectionnés s'attaquent au site je vais devoir m'occuper de ça plus sérieusement.

MAJ: Il y avait une petite erreur de parenthèses qui est désormais corrigée. Un projet a été ouvert sur la forge du GCN, vous y trouverez les dernières corrections.

Ma vision du Libre

Avant toute chose, je tiens à préciser que je parle de "ma" vision du Libre non par prétention, mais parce qu'il doit y avoir autant d'interprétations du mouvement que d'acteurs. Aussi merci d'en tenir compte en lisant la suite de ce texte. Si vous n'avez jamais entendu parlé du Libre, essayez de lire le texte intégralement même si ça peut paraître indigeste: c'est un mouvement majeur de notre époque qu'il est important de connaître.

Mais commençons par le commencement, le Libre c'est quoi ?

Le Libre est un courant de pensée récent qui vise à permettre la libre diffusion des oeuvres. Par libre diffusion, on entend 4 libertés fondamentales: liberté d'utiliser, liberté de diffuser, liberté d'étudier et liberté de modifier. Ce mouvement, parti de l'informatique et du logiciel libre, a pris une ampleur impressionnante, dopée par l'explosion d'Internet, et touche désormais à quasiment tous les domaines artistiques (et pas seulement). Il s'agit purement et simplement d'une véritable révolution idéologique et économique, qui est bien partie pour modifier le système occidental actuel en profondeur. Des mots un peu forts ? Laissez moi vous présenter les deux exemples les plus parlants à l'heure actuelle: le logiciel et la musique.

Le logiciel libre

Le logiciel libre est un logiciel qui se base sur les 4 libertés fondamentales suivantes:

  • Liberté 0 : La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages.
  • Liberté 1 : La liberté d'étudier le fonctionnement du programme.
  • Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies.
  • Liberté 3 : La liberté d'améliorer le programme et de publier ses améliorations.

En d'autres termes, il garantit une utilisation complète sans limitation, il autorise la copie; peut être adapté à des besoins spécifiques, ou peut être analysé.
Le logiciel peut être vu comme un outil, une technologie, une connaissance.
Un des principes fondamentaux du Libre est le partage de la connaissance. Outre la beauté philosophique, ce partage a de nombreux avantages, en voici quelques uns:

D'un point de vue technique, le logiciel libre est

  • plus sûr (le logiciel pouvant être étudié, n'importe qui capable de le comprendre peut corriger ses erreurs)
  • plus réactif (de par son ouverture, les erreurs sont corrigées plus vite, les nouvelles fonctionnalités sont implémentées plus rapidement)

D'un point de vue théorique, si une infinité de développeurs travaille sur un logiciel pendant une durée infinie, le logiciel tend vers la perfection. Ce qui sous entend que tôt ou tard, le logiciel libre égalera puis dépassera un équivalent propriétaire en termes de fonctionnalités, de stabilité et d'efficacité.

Par expérience, on s'aperçoit également que les logiciels libres ont tendance à

  • respecter davantage les standards (plus grande accessibilité  notamment aux personnes handicapées)
  • proposer plus d'innovations (moins de dépendance vis à vis des risques économiques et du marché)

Le modèle du logiciel libre a donc de nombreux avantages, mais il modifie en profondeur les méthodes de diffusion traditionnelles.

Economiquement, la question actuellement en suspend est "comment gagner sa vie avec le logiciel libre ?" . La première réponse est celle des services autour du logiciel: le support technique, les manuels papier, les adaptations peuvent se monnayer. D'autre part, de (très) grandes entreprises y ont vu un moyen de s'imposer sur des marchés sous monopoles ou quasi-monopoles: Sun avec Open Office, IBM avec Eclipse par exemple.

Une autre solution est le mécénat: un développeur travaille sur son projet, et vit à l'aide de dons. Malheureusement en pratique, c'est rarement suffisant pour vivre de ses oeuvres. Cependant, certains projets populaires font régulièrement des campagnes massives de dons, qui peuvent s'avérer très efficaces (Wikipédia par exemple).

Il y a également des solutions hybrides: ainsi ID Software, célèbre développeur de jeux vidéo dont les grands classiques que sont Doom et Quake, publie ses oeuvres sous licence libre après leur exploitation commerciale (à noter que dans ce cas le Libre ne permet pas de gagner sa vie).

Enfin, tout un marché se créé autour de ce nouveau mode de diffusion: un développeur peut gagner sa vie en adaptant des logiciels libres aux besoins spécifiques d'une entreprise ou d'un particulier; et d'autres systèmes économiques sont certainement envisageables.
Il faut garder à l'esprit que de grandes entreprises dont le système économique se base sur les logiciels libres se sont créées et fonctionnent depuis plusieurs années.

Pourquoi tout ceci est si important ? Aujourd'hui, l'informatique est devenu tout simplement indispensable dans tous les domaines de la société, elle devient un maillon central de notre vie. Un des enjeux majeurs du Libre est d'éviter de laisser ce maillon entre les mains de quelques grandes sociétés, et d'emprisonner des connaissances dans des stratégies économiques: le Libre permet de rendre le contrôle des connaissances au peuple. D'autre part, le Libre a un aspect philosophie mais également économique, et son implantation, que l'on peut désormais qualifier de réussie, au sein du système économique actuel assure la propagation de sa philosophie.

Le Libre et la musique

Sans repasser par une description complète, la musique Libre s'apparente au logiciel libre par les libertés offertes (écouter, modifier, diffuser, étudier). Bien que la musique libre soit arrivée plus tardivement, elle est un élément très important du mouvement car la musique a souvent, si ce n'est toujours, accompagné l'Homme dans ses (r)évolutions, elle est un moyen d'expression majeur et un témoin de son époque. Pour simplifier le schéma classique actuel, la musique est traditionnellement composée et interprétée par un groupe, puis envoyée à un éditeur, si l'éditeur estime que la musique peut marcher commercialement, il décide de la diffuser. Commence alors une campagne publicitaire, que l'on peut aisément qualifier de matraquage, le morceau est diffusé massivement par les médias afin que le consommateur l'achète. Quelques grands éditeurs contrôlent la majorité du marché: ce sont les majors du disque.
La diffusion de la musique est donc dépendantes de critères commerciaux et non artistiques: ce sont les majors qui décident qui écoute quoi. On se retrouve avec une culture dirigée, uniformisée, monnayée.
D'autre part, les technologies actuelles permettent de contrôler la diffusion des musiques: combien de fois vous l'écoutez, où vous l'écoutez, combien de fois et à qui vous pouvez la prêter ou la copier. Faux ? Faites des recherches sur les DRM et voyez de vos propres yeux. Peut être pensez vous que ce genre de protection pourra toujours se contourner ? Outre le fait que ce n'est pas nécessairement vrai, il est idéologiquement inacceptable (et dangereux) de devoir passer par là.
La musique libre, au contraire, permet à chacun de diffuser ses propres morceaux (avec l'aide précieuse d'Internet), de les faire écouter ou les copier à ses amis, elle permet une créativité bien plus importante. Bref elle donne à la musique et à la culture ce qui leur manquait: le respect.

Actuellement, la musique se trouve au centre d'un important débat: avec les méthodes de diffusions d'aujourd'hui, notamment les logiciels de partage, les majors cherchent à reprendre le contrôle des musiques via des moyens techniques ou légaux, en bafouant totalement les libertés les plus élémentaires du consommateur. L'industrie est en train de changer radicalement, les éditeurs perdent de leur pouvoir tandis que le client, qui devient plus qu'un simple consommateur, en gagne. Il est clair que beaucoup d'artistes sont actuellement  dépassés par les évènements, ou ne se rendent tout simplement pas compte des enjeux. Pourtant, ils vont tôt ou tard tous devoir prendre une décision.

Enfin le mouvement du Libre a entraîné d'autres progrès: l'exemple le plus célèbre (et une révolution à elle toute seule) est la Wikipédia. Cette encyclopédie Libre répond à un des plus anciens rêves de l'Homme; une gigantesque base de connaissances qui touche à tous les sujets, que l'ont peut librement consulter, modifier et diffuser.

Le Libre est donc un mouvement d'une importance croissante, qui, non content d'avoir trouvé sa place dans l'informatique, s'étend à d'autres domaines (musique, cinéma, encyclopédie, littérature, etc). Il revoit en profondeur les modes de pensée actuels liés à la propriété intellectuelle, et se situe dans une logique de partage. Contrairement à la plupart des autres grands courants de pensée: le mouvement Libre a l'avantage de s'imposer économiquement, et de fonctionner.

lundi 4 septembre 2006

Tout ça pour ça

Nous informons notre aimable clientèle que certaines parties du billet suivant ont été écrites à jeun, d'autres non. Afin d'éviter toute discrimination et les préjudices moraux que cela pourrait entraîner, l'identité de ces parties restera secrète.
Nous tenons à préciser qu'aucun animal n'a été maltraité durant la rédaction de ce billet, à la seule exception du rédacteur.

Bon OK y'en a marre. Cette fois c'est vraiment parti pour un lâcher en règle... En fait il y a des millions de trucs que j'ai envie de dire, mais que je dis jamais parce que soit je ne sais pas à qui les dire, soit j'ai une googlophobie tellement présente que je vais me faire enterrer avec. C'est fou comme l'alcool peut aider à percevoir les choses, comme quoi le houblon ça a du bon. Finalement je suis un frustré, frustré de pas pouvoir parler clairement, frustré de rester dans mon coin sans qu'on m'emmerde. Mon espèce de billet sur les 25 ans n'était qu'une bande annonce, qu'un petit aperçu de l'immense frustration dont je suis responsable. Ah merde ça commence à se brouiller déjà, ça me paraissait si facile il y a 3 secondes. Tant pis ce sera brouillé, mais ça sera là... Ce qui me gonfle ? Marre de jamais pouvoir parler avec les gens qui m'entourent, marre de perdre des soirées parce que des potes préfèrent mater la télé que sortir vivre un peu, marre d'être dans ce carcan geek où je ne suis que demi-pensionnaire, marre de visiter revolution.com, marre d'être un wannabe... Voilà c'est tout ça, et un peu plus: j'ai envie de me retrouver dans un pub avec des potes à refaire le monde, j'ai envie de m'engager politiquement, j'ai envie d'être cultivé et d'expliquer aux gens clairement la différence entre l'anarchie et l'anomie, j'ai envie de sortir le truc qui révolutionnera la société, et, comme tous, de révolutionner le monde.
Peut être m'aurait-il fallu une guitare ou une caméra, peut être qu'en suivant les flèches dans le sable ça aurait été mieux. Non en fait je crois qu'il suffit de s'en donner les moyens, c'est ça qui manque. Plutôt que d'avoir des grandes idées plantées dans un fauteuil, plutôt que d'écouter une musique en se disant "putain c'est profond, il est trop dans le vrai le keum" et passer à autre chose dans les 5 min, pourquoi ne pas prendre un papier et un stylo, pourquoi ne pas descendre dans la rue, pourquoi ne pas montrer aux gens qui on est ? Y'a que deux solutions: rester sur la route, sans dévier, suivre les études gentillement et travailler, dans son domaine ça va de soi, ou chialer dans son coin et se dire qu'on est un putain d'écorché vif que personne peut comprendre... Non il y en a d'autres des issues: prendre son clavier, prévenir le monde et descendre dans la rue, ça peut encore se faire.
En fait j'en veux à la terre entière: j'en veux au peuple d'être d'une passivité alarmante, j'en veux à mes potes de parler foot plutôt que CPE, j'en veux aux médias de préférer les annonceurs à l'objectivité, j'en veux à mes profs de faire un pseudo-élitisme à deux balles, j'en veux à l'univers de vivre et laisser mourir, même les premières amours...
Et puis par dessus tout, j'en veux bien évidemment à moi, d'avoir laissé faire tout ça, et de regarder l'intégrale de Friends plutôt que de changer le monde. En même temps c'est ce qu'on attend de moi non ?

mardi 4 avril 2006

Dernière station avant l'autoroute

J'ai pris récemment une position radicale sur la licence globale.

Effectivement, radicale et même décevante de la part de quelqu'un comme HFT. Décevante non pour l'opinion, que chacun se fasse la sienne, mais pour cette sale impression de raccourci, de discours maché-avalé-craché, de méconnaissance du sujet, qui ne colle pas du tout avec le personnage. Et pourtant...

C'est à l'Acropolis qu'a lieu le concert, il n'y a que des places assises.
Regarder un concert assis, quelle idée ! Mais bon, déjà les regrets du concert manqué sur le caillou, il n'était pas question de sécher celui là.
La salle n'est pas remplie, de nombreuses rangées sont cruellement vides là haut; ce n'est pas tellement étonnant, son public n'est probablement pas celui de la Côte, et HFT est plus ou moins en marge des circuits classiques.
Les lumières s'éteignent, on entend un "Hubert !" dans la salle, une fois, deux fois, et le voilà.
Le son n'est pas au top, mais on l'oublie vite aux notes de Sweet Amanite Phalloïde Queen. Rapidement du monde vient se coller à la scène, chose pas forcément prévue à en juger par la sécurité, mais ça aurait été dommage et pour le public, et pour le groupe, que tout le monde reste assis. Hubert l'a d'ailleurs dit, il aurait préféré (et nous aussi), que ça se fasse à l'extérieur. Les chansons défilent, avec bien entendu de nombreux morceaux du nouvel album, bien sympas (en particulier Télégramme 2003). Les grands classiques répondent évidemment à l'appel, en pariticulier Loreleï, les dingues et les paumés, et la fille du coupeur de joint (entre 2 rappels) qui a mis une ambiance festive particulière dans la salle. Puis le retour sur scène, seul avec une guitare, d'un Thiéfaine qui nous parle de sa position sur la licence globale (on a entendu quelques personnes huer dans un premier temps, puis la salle applaudir), avec une chanson hors programme composée en cet honneur. Bien que la chanson en elle même soit agréable, on y retrouve l'association avec les régimes totalitaires (à noter qu'il est difficile d'apprécier le message d'une chanson à sa première écoute, surtout si c'est pendant un concert), c'est la seule que je n'ai pas applaudie.
Puis retour du reste du groupe, avec notamment un fabuleux Alligators 427, une éphémère et appréciée candidature aux élections présidentielles et l'au-revoir d'un Thiéfaine qui a visiblement conquis son public.
Bilan: un concert qui aurait pris toute son ampleur en extérieur, et un HFT qui méritait vraiment de faire salle comble.

Direction la sortie, et un petit resto à côté du vieux histoire de manger une bricole et de boire une petite mousse. Chacun y va de son commentaire sur le concert, très apprécié, avec toujours ce petit regrêt pour sa position sur le téléchargement. On parle de tout et de rien... En fin de repas, plusieurs clients entrent, dont HFT en personne ! C'est toujours assez marrant de croiser des célèbrités dans la vie normale (c'est dans ces moments qu'on se dit "quoi ?? Lui aussi c'est un gens qui marche dans la rue et qui mange !"). Puis c'est l'heure de partir, avec un petit tour aux toilettes avant de faire la route. Il y a un truc qu'il faut savoir, c'est qu'à Nice, enfin à "Nice by Night", 90% des rencontres se font dans les chiottes :). Ben là ça n'a pas dérogé à la règle, et j'ai ainsi pu discuter pendant 5 min avec Thiéfaine :).
Morceaux choisis (et reconstitués à base de concentré de mémoire):

Goffi - Très bon concert

HFT - Merci

Goffi - Par contre, je ne suis pas du tout d'accord avec votre position sur la licence globale

HFT - Chacun son opinion... [blanc] D'ici 10 ans vous allez tuer la culture !

[blabla]

Goffi - On a l'impression que les artistes font des raccourcis [...] ce que ce nous voulions n'est pas "d'avoir du tout gratuit". [...] Je suis étudiant dans l'informatique et pour les logiciels libres [...] les drm sont une horreur.

HFT - Mais je suis contre les drm, si vous aviez écouté l'émission je l'ai dit [OK, là c'est moi qui ai fait un raccourci]

En fait ce qui l'inquiète c'est le risque de tuer l'industrie. Cette position peut se comprendre, même si je n'ai pas le même avis, et il est clair que la question est difficile.

Goffi - Mais des lois comme DADVSI menacent des technologies prometteuses !

HFT - Je ne veux pas qu'on s'attaque aux nouvelles technologies:

Goffi - ben ce n'est pas l'impression que vous donniez dans l'interview

HFT - quand on passe à la radio, on a juste 5 min pour parler, on ne peut pas correctement s'exprimer.

[...]

Goffi - j'ai été choqué par votre comparaison avec les régimes totalitaires

HFT - Il faut dire quelque chose de fort si vous voulez que ça marque

Point avec lequel je ne suis toujours pas d'accord, la comparaison était particulièrement déplacée de mon point de vue.

HFT - Il faut pouvoir rémunérer les artistes

Goffi - On pense que la licence globale est une solution équitable, même si ce n'est pas forcément la meilleure. L'amende mise en place ne vas pas aider à empêcher le téléchargement.

HFT - il faut trouver une autre solution, la licence globale n'étant pas la bonne ! J'ai bien vu des hommes marcher sur la Lune, on doit pouvoir trouver une solution [phrase déjà entendue pendant son interview à la radio].

[Au moment de partir, il voulait dîner tranquillement le pauvre =) ]

Goffi - Et les petits artistes, Internet est une chance pour eux !

HFT - les petits artistes devraient se trouver un vrai boulot

Goffi - mais pour ceux qui, comme vous autrefois, galèrent mais peuvent aller loin, Internet peut être un bon tremplin

HFT - peut être...

Que tirer de tout ça ? Et bien, même si je suis toujours en désaccord avec lui, je comprends un peu mieux sa position, et surtout, ça me fait plaisir de voir qu'il y a une réflexion derrière (ce dont je doutais fortement après avoir entendu l'interview). Il est contre les DRM et pour les innovations technologiques, sa position ne concernait que la licence globale. Il y a peut être eu des réactions un peu trop rapides après son interview (il a même reçu des insultes), même si sa position est discutable, elle est compréhensible. C'est agréable de pouvoir discuter en toute simplicité avec quelqu'un comme lui (bien que ce fût court).
En tout cas, très bonne soirée :)

PS: il manquait 113ème cigarette sans dormir quand même :-/

jeudi 16 février 2006

Le jour s'est levé

Et voilà, Pouf ! Je me réveille ce matin et je me retrouve avec un an de plus, comme ça, l'air de rien. 25 ans, 1/4 de siècle, ça sonne bien, ça sonne rond. En fait ça sonne plutôt comme un coup de blues: 25 ans, meeeeerrrrrrrrdddddddddeeeee, ça fait un choc !

A peine on nous dit "ça y est t'as 18 ans, t'es majeur c'est cool ! t'as la vie devant toi gnia gnia gnia" qu'on se retrouve à regarder derrière... Bon OK, 25 c'est pas la fin du monde: pas encore d'arthrite, (presque) toutes mes dents, le viagra peut attendre, et c'est encore un peu tôt pour être le blasé de la vie de service. Mais alors quoi ? Ben c'est le "regarder derrière" qui pose problème, et un peu le devant aussi. A un chiffre rond comme ça, on en arrive à se poser des questions sur tout et sur rien, à se demander ce qu'on fout là et surtout ce qu'on a foutu pour en arriver là. Je veux dire, on se fait un trajet dans la tête à un moment, on prévoit les choses, on fait des projets, et en fait on se rend compte que non, ça s'est pas du tout passé comme ça.
C'est pas que je me plains, au contraire je suis plutôt content du parcours jusqu'ici, hors certains événements bien sûr, mais voilà, y'a des pièces qui manquent. On se trouve à passer la soirée dans une résidence étudiante, ambiance sympa, du monde et surtout des jeunes, tout ça pour se dire "merde, ça m'aurait plu de vivre dans ce type d'endroit !". Et puis ça s'accumule: j'aurais du faire de la planche ou du kite quand j'étais sur le caillou, partir à l'étranger pour les études, faire plus de concerts, plus de grands rassemblements, m'inscrire à telle école, faire ou dire telle chose à tel moment, etc. Et finalement ça fait vide, quand on voit tout ce qu'on aurait pu faire, tout ce qu'on a loupé. Oui d'accord, je peux toujours me mettre au kite ou apprendre à jouer de la guitare, mais la saveur sera différente, et des souvenirs sont incontestablement perdus.
Et voilà qu'on en arrive à comparer, voir où ils en sont ces potes d'enfance, du collège. Lui il a un gosse depuis 3 ans, le deuxième est en route, lui il est marié depuis cet été, elle est fiancée, des boulots, des maisons, des vies de famille... Pfffffff, y'a un truc qui va pas là, une marche manquée c'est pas possible. C'est donc ça qu'on nous veut ? Grandir et avoir des potes, des problèmes existentiels quand on est ado, des mauvaises passes, puis se trouver un appui et continuer avec, se trouver un boulot, gagner de l'argent, fonder une famille, puis la voiture, la maison, les mauvaises passes, une autre voiture, se coucher, se lever, partir au boulot, voir les gosses grandir en faisant de notre mieux pour qu'il fassent pas les mêmes conneries, enfin qu'ils le loupent pas, eux, le virage. Mais putain j'en veux pas moi de ça ! Métro-Boulot-Dodo, c'est comme ça qu'on dit ? C'est pas grave, ça doit être une question d'habitude, puis y'a toujours la télé pour se changer les idées.

Pourtant l'équation était simple: travaille bien à l'école, aies de bonnes notes, et tu pourras choisir ta voie et avoir une vie qu'elle est chouette. Enfin, ça doit être une question de maturité, c'est ce qu'on me répète tout le temps: "faut avoir un peu les pieds sur terre, et être responsable". Seulement, j'ai toujours pas compris ce que c'est, la "maturité" ! Penser à ses notes et à son diplôme, sortir quand c'est raisonnable, faire passer les études avant ses projets persos, et enfin comprendre que le monde est comme il est et qu'il faut faire avec, c'est ça la maturité ? Ça craint, j'ai vraiment loupé une marche: celle entre l'adolescence et maintenant. Toujours les rêves de gosse, toujours envie de changer le monde, ça en devient vraiment inquiétant. Inconscience ? Égoïsme ? Prétention ? J'en sais rien, peut être tout à la fois. Ce qui est certain, c'est qu'il y a un manque, un gros manque. Je cherche, je cherche ce que je cherche. Et il y a ce besoin de communiquer, ici, partout. Et vivre là où tout le monde se parle, mais personne ne s'écoute, ça n'arrange vraiment pas les choses...

Le jour s'est levé
Sur cette étrange idée
La vie n'est qu'une journée
Et la mort qu'une nuit
La vie n'est ajournée
Que si la mort lui nuit
(*)

PS: bon ok j'ai triché, c'était hier en fait mon annif :)
PPS: uh, déjà minuit passé ? Ben c'était avant hier alors !
PPPS: Me suis enfin décidé à poster, et passer outre ma googlophobie. Évidemment, personne ne vas lire un truc pareil, mais au moins, ça permet de coucher un peu les choses. Pourvu que ça dure...

(*) Téléphone - Le jour s'est levé

dimanche 6 novembre 2005

Un flux Atom disponible

Comme annoncé, un flux Atom est désormais disponible.
Pour ceux qui n'ont jamais entendu parlé d'Atom ou de RSS, ce sont des formats de syndication de contenu, c'est à dire qu'ils permettent de diffuser le contenu des articles du site indépendamment du contenant (de la présentation).
Ceci permet, par exemple, la diffusion sur un site des infos d'un autre site. Vous pouvez également utiliser un agrégateur pour vous tenir informé: ce logiciel va parcourir le fil régulièrement, et vous avertir quand un nouvel article a été posté.

Je vous envoi aux articles Wikipédia suivants pour une explication plus détaillée:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Atom
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndic...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrég...

mardi 1 novembre 2005

Le goffi.org nouveau est arrivé

Eh oui, après plusieurs annonces et des mois sans beaucoup de mouvements, la voilà finalement, la nouvelle version !

Qu'est-ce qui change exactement ? Et bien pour commencer, le respect des standards du Web, ce qui apporte de nombreux avantages, que je décrirai peut être dans un article ultérieurement.
Ensuite, un nouveau système me permettant de publier régulièrement des articles, et vous de les commenter (en gros le site devient un blog). Ça faisait longtemps que je voulais un moyen pratique pour m'exprimer, voilà qui est fait. A ce titre, vous trouverez des nouvelles rubriques:

  • Infos, où vous aurez les nouvelles qui concernent le site et mes projets
  • Humeurs, où j'écrirai de temps en temps des articles sur tout et n'importe quoi, en fonction ben... de mon humeur ! =)
  • Informatique, où vous trouverez des articles sur des choses plus ou moins techniques. Ainsi par exemple, je prévois de faire un dossier sur la mise en place d'une media box sous Linux
  • Vulgarisation informatique, où j'essaierai d'expliquer certaines notions en évitant les termes trop techniques.

Un flux Atom va arriver le plus vite possible, permettant de suivre les nouveauté via un agrégateur ou autre (hum, j'expliquerai plus clairement ce que c'est dans la page dédiée).

Vous constaterez que le site n'est pas entièrement fonctionnel: de nombreuses pages ne sont pas encore en ligne, je les ajouterai petit à petit. Pour les anciens, le forum a également disparu: il n'était plus utilisé, et le code était trop vieux. Peut être qu'un jour il y aura un nouveau petit forum maison, qui sait ?

Au niveau des détails, j'ai remis à zéro les compteurs de téléchargement des logiciels, et j'ai supprimé les commentaires qui n'étaient plus, pour la plupart, d'actualité. Les couleurs actuelles sont un peu tristounettes, car elle correspondent à celles de la bannière, mais le nouveau système me permettra par la suite des les changer facilement et de proposer plusieurs présentations au choix du visiteur.

Le système d'articles permettra des mises à jours bien plus fréquentes qu'auparavant (ce qui ne devrait pas être difficile ;o) ), donc pensez à consulter le site régulièrement...

N'hésitez pas à poster vos commentaires et à me faire part de vos suggestion...