goffi goffi
later message older message

SàT: Comment ça marche ?

Salut à vous,

En parallèle de la série d'articles sur XMPP, j'en commence une pour expliquer « Salut à Toi », notre logiciel à tout faire basé sur ce protocole. Il y a beaucoup de choses qui tournent autour de ce logiciel, sur son organisation technique, sa philosophie, et ce qu'on peut faire avec. Aussi je vais faire des articles plus ou moins techniques (plutôt moins), et je vais bientôt expliquer quelques cas concrets d'utilisation.

Ce premier article est un peu technique, puisque je vais expliquer l'organisation générale du logiciel, et ce qu'elle a de particulier.

Donc pour vous donner une idée, SàT c'est dans les grandes lignes ça:

http://ftp.goffi.org/media/pictures/schemas/sat_simplified_overview.png

C'est un client XMPP. Si vous avez lu mes articles, vous savez que XMPP ne signifie pas que « messagerie instantanée », mais beaucoup, beaucoup plus de choses. Le projet SàT essaye non seulement de faire le maximum de ces choses, mais aussi d'expérimenter de nouvelles.

La partie centrale  est la partie « d'arrière-plan » ou « backend » en anglais. C'est elle qui gère le plus gros du logiciel. La partie à droite  sont les « frontaux » (« frontends » en anglais) ou encore les interfaces homme/machine. C'est elles qui gèrent tout l'affichage des informations, ou la réception des commandes et autres messages.

Ce qui fait la force de cette architecture, c'est qu'il est très facile de faire un nouveau frontal, et que le tout représente un seul client. Autrement dit : si vous créez un profil (voir plus bas) sur un frontal, il sera disponible sur tous les autres, si vous envoyez un message d'un côté, il sera visible sur tous les frontaux connectés, l'historique est commun, les fonctionnalités aussi.
En effet, quand on ajoute une fonctionnalité (les messages de groupe par exemple, la copie de fichier, les blogs), c'est dans le « backend » que nous le faisons, et elle se retrouve ainsi disponible partout. Évidemment dans certains cas ça demande du développement particulier pour les interfaces : nous avons un jeu de Tarot par exemple, et on ne dessine pas les cartes de la même manière dans l'interface console (appelée Primitivus) et dans l'interface web (appelée Libervia).

Les interfaces (ou frontaux) disponibles aujourd'hui sont:

  • Libervia : interface web 
  • Primivus : interface de console (avec des fenêtres de type ncurses
  • jp: ligne de commande, permet d'automatiser des tâches facilement, d'envoyer un fichier sans parcourir des menus, d'écrire depuis Vim, etc 

Nous avions une autre interface pour le bureau, appelée « Wix », mais nous l'avons abandonnée, car elle était peu pratique et peu utilisée. Notre campagne de financement en cours permettra de remplacer cette interface et par la même occasion de porter le projet sur Android.

Cette architecture a un autre avantage : il est facile d'intégrer SàT dans des logiciels existants, et avec n'importe quel langage de programmation, mais laissons cela de côté pour le moment.

SàT a également une architecture modulaire via l'utilisation de greffons (ou « plugins » en anglais) au niveau du  sur le schéma : le cœur ne gère que l'essentiel (messages simples, liste de contacts, système de logs, gestion des profils, etc), et toutes les fonctionnalités avancées sont disponibles sous forme de greffons (messages de groupe, blog/microblogs, syntaxes avancées, etc). L'idée est d'une part de pouvoir désactiver les fonctionnalités qu'on ne veut pas, et d'autres part de permettre d'étendre facilement le logiciel : un greffon sera d'autant plus intéressant qu'il sera disponible pour toutes les interfaces. Ainsi un de nos greffons gère les marque-pages (c.-à-d. une liste de salons de discussions) : ils sont utilisables à la fois avec Primitivus (en texte), avec Libervia (graphiquement via le web) ou encore avec jp (en ligne de commande). À terme nous comptons faire un système de téléchargement automatisé de greffons, un peu comme les dépôts de logiciels.

Nous avons besoin de travailler un peu côté serveur, pour notre composant PubSub ou notre annuaire par exemple, nous avons donc aussi quelques travaux de ce côté.

Enfin les profils dont je parlais plus haut sont des comptes locaux associés à un compte XMPP. Ainsi j'ai un profil pour mon compte sur le serveur jabber.fr et un autre pour celui sur libervia.org, je peux utiliser l'un ou l'autre ou les 2 en même temps.

Voilà pour une première introduction, un peu technique parce que je voulais expliquer l'originalité de l'architecture. La prochaine fois je pense parler un plus spécifiquement de Libervia, et du système de blogs/microblogs décentralisé.

N'oubliez pas que nous avons une campagne de financement en cours, et nous avons grand besoin de soutien ! Merci.

Powered by Salut à Toi
Subscribe to this news feed Atom feed